Relaxe pour le compagnon de la prostituée

Publié le 26 mars 2015 dans La Voix du Nord.

Lille : relaxe pour le compagnon de la prostituée.

À quatre reprises ce mois-ci, les policiers ont vu un homme à proximité de l’hôtel Ibis du Vieux-Lille. Il attendait sa petite amie, prostituée. L’homme de 44 ans comparaissait au tribunal ce mardi après-midi.


L’homme était jugé en comparution immédiate mardi après-midi. 

VDNPQR

Elle est toxicomane, lui sous traitement de substitution. Il fait la manche pour subsister. À quatre reprises ce mois-ci, les policiers ont vu David L. à proximité de l’hôtel Ibis dans le Vieux-Lille quand la jeune femme travaille.

Au tribunal, il expliquera qu’il voulait la protéger, elle lui a demandé de l’accompagner parce qu’elle s’est déjà fait agresser et racketter. Aux yeux de la loi, c’est du proxénétisme ; David L. a déjà été condamné dans le même contexte, le 16 juillet dernier, ce qui lui vaut d’être jugé en récidive et de comparaître en comparution immédiate.

Faille dans la procédure

Pour la procureure Lorène Delsaut, David L. « se fiche des précédentes condamnations », elle requiert quatre mois de prison ferme en sachant que l’homme a cinq condamnations sur son casier judiciaire.

David L. a une appréciation différente : « Pour moi le proxénétisme, c’est faire travailler une fille, prendre l’argent et partir. » Et ce n’est pas son cas comme le résumera Me Yasmina Belmokhtar : « Ce n’est pas un couple ordinaire mais il a eu le réflexe classique d’un amoureux. »

L’avocate s’engouffre surtout dans la faille d’une procédure qui a retranscrit une période de prévention du 16 février au 3 mars. Or le premier constat de police date du 5 mars. Ce qui entraîne une nullité de procédure. « Une erreur de restranscription », commente le ministère public. Le tribunal se rangera au côté de Me Belmokhtar qui obtient la relaxe de son client.

Les commentaires sont clos.